Axe 3 : Changements linguistiques et évolutions en français

Les études portant sur le changement linguistique ont connu un regain d’intérêt depuis une trentaine d’années. Le constat que toutes les langues changent, sans cesse, et qu’il s’agit donc vraisemblablement d’un trait lié à la faculté du langage, a donné un nouvel essor aux recherches diachroniques. Le changement est universel, mais les types de changement le sont aussi, certains d’entre eux s’observant dans toutes les langues observées jusqu’ici (réanalyse, analogie, grammaticalisation, …). Outre la connaissance des états passés d’une langue et une meilleure compréhension de son état actuel, l’étude du changement permet de mieux comprendre le langage en tant que faculté cognitive.

Responsable : Benjamin Fagard

Participants Lattice : Frédéric Landragin, Sophie Prévost, Myriam Bouveret.
Participants extérieurs : Benoît Crabbé (LLF, labex EFL), Alexandra Simonenko (Université de Gand)

1. Motivations

Les études portant sur le changement linguistique ont connu un regain d’intérêt depuis une trentaine d’années. Le constat que toutes les langues changent, sans cesse, et qu’il s’agit donc vraisemblablement d’un trait lié à la faculté du langage, a donné un nouvel essor aux recherches diachroniques. Le changement est universel, mais les types de changement le sont aussi, certains d’entre eux s’observant dans toutes les langues observées jusqu’ici (réanalyse, analogie, grammaticalisation, …). Outre la connaissance des états passés d’une langue et une meilleure compréhension de son état actuel, l’étude du changement permet de mieux comprendre le langage en tant que faculté cognitive.
L’essor des études diachroniques a par ailleurs été favorisé par le développement des corpus numérisés (et des outils pour les exploiter), qui a permis une massification des données traitées. Plus récemment, les approches statistiques et les travaux visant à modéliser certains changements ont apporté un renouveau au champ des études diachroniques, ouvrant de nouvelles perspectives pour une meilleure appréhension des faits d’évolution des langues.
La cohérence des différents projets développés au Lattice dans les années à venir justifie la création d’un axe dédié à l’étude du changement linguistique.

2. Nouveautés et enjeux

Rares sont encore les études diachroniques qui allient approches sur gros corpus, analyse statistique, modélisation et analyse qualitative fine des données, démarches complémentaires susceptibles d’apporter des réponses à la triple question qui sous-tend les faits d’évolution : quand ? comment ? pourquoi ?
Les compétences réunies au Lattice, ainsi que les corpus qui y ont été créés (SRCMF) et ceux qui sont actuellement développés dans le cadre de projets financés (DEMOCRAT et Profiterole) rendent possible la conjugaison des analyses quantitative et qualitative de données massives, avec une prise en compte systématique et raisonnée des faits de variation, tant linguistiques que textuels, et la mise en relation de différents changements linguistiques afin de mettre au jour des faits de macro-évolution. Se situant dans une perspective syntaxique pour l’une, sémantique pour l’autre, les deux opérations qui sont plus spécifiquement développées dans le cadre de ce quinquennal permettent d’apporter des éclairages complémentaires sur l’évolution du français (mise en relation avec l’évolution d’autres langues romanes), et ce d’autant mieux qu’une partie des ressources utilisées est mutualisée.
Ces études dédiées à la mise au jour de l’évolution de structures syntaxiques et sémantiques du français sont enrichies par une réflexion générale sur les processus et les motivations qui sous-tendent le changement en français, et dans les langues en général. Elle s’instancie plus spécifiquement, d’une part dans la continuation du projet de Grande Grammaire Historique du Français, dont la version longue doit paraître en 2018, et qui fera l’objet ultérieurement de deux version abrégées, l’une en anglais, l’autre en français. Elle se développe d’autre part dans le cadre d’un projet éditorial en anglais dédié au changement linguistique et à l’évolution des langues.

3. Opérations

Modélisation de l’évolution de l’ordre des mots en français

C’est durant la période médiévale (9e-15e siècles) que les changements morpho-syntaxiques et syntaxiques majeurs du français se sont initiés et ont commencé à se propager. S’attacher à cet empan chronologique permet une meilleure appréhension et une compréhension accrue de certains mécanismes de changement, non spécifiques au français pour certains. L’ordre des mots est un lieu d’évolution majeur dans l’histoire du français, avec le passage d’une organisation relativement souple, d’un point de vue grammatical, à une organisation selon les fonctions grammaticales (majoritairement SVO). Bien que cette évolution ait été largement étudiée, plusieurs questions restent encore sans réponses satisfaisantes, tant en ce qui concerne la chronologie fine du changement (étapes intermédiaires et rythme), que ses modalités et ses causes.

Sémantique diachronique : référence, espace, couleur

Le Lattice a depuis de nombreuses années une expertise reconnue en sémantique synchronique et diachronique. Plusieurs projets ont ainsi porté sur des aspects relevant de l’étude de la sémantique spatiale (Projet Innovant Paris 3, Projet Labex ET) et de la référence (PEPS MC4, ANR Democrat, cf. l’axe « discours »). Pour ce quinquennal, nous proposons d’aborder la question de l’évolution sémantique dans une perspective renouvelée, en étudiant les variations de sens liées au processus de grammaticalisation. Nous comparons ainsi les valeurs sémantiques de constructions plus ou moins grammaticalisées, dans plusieurs domaines.